Rdv sur l’autre blog…

Bonjour à toutes,

Je ne suis plus du tout présente ici mais n’ai rien oublié de mon parcours. Je répondrai donc avec plaisir à vos questions via mon blog : https://desamoursdejumeaux.wordpress.com/

A bientôt j’espère

Nanou

Publicités

Trouille irrationnelle…

Rdv mensuel à la mater. Depuis mon petit épisode panique de dimanche, je suis inquiète, peur qu’on m’arrête, qu’on me demande d’être alitée, qu’on découvre que le col est raccourci ou dilaté (bébé B est placé un peu bas), bref, depuis plusieurs jours,  comme avant chaque rdv et encore un peu plus cette fois-ci, je suis inquiète.

La doc n’ est pas aussi enjouée que d’habitude, elle baille à plusieurs reprises. Avec moi qui parle peu et suis plus stressée que d’habitude, l’atmosphère est un peu plus pesante.

Elle regarde les résultats de la dernière écho, prend les mesures, les transpose sur sa courbe, grimace un peu, m’explique que les bébés sont des petits modèles, bébé A tout particulièrement. Je sens les larmes me grimper aux yeux. Elle me demande de faire un examen écho tous les 15 jours (il était mensuel auparavant) et d’avancer le prochain (prévu le 9 octobre). Elle inscrit « surveillance croissance » et écho col. Je lui demande si elle est inquiète (moi oui). Elle me répond que non parce que je suis moi même un petit gabarit mais qu’il faut surveiller que les bébés grandissent de façon régulière et constante.

Lors de la dernière écho, à 25 SA+2, les résultats étaient les suivants :
– diamètre bipariétal (A) : 62,1 (B) : 66,5
– périmètre céphalique (A) : 218,9 (B) : 228,5
– largeur cervelet (A) : 26, (B) : 27,1
– périmètre abdominal (A) : 200,1 (B) : 203
– longueur fémur (A) : 41,4 (B) : 42,6
– estimation poids (A) : 658 (B) : 709

A l’examen, pas de problème avec la hernie, qu’il faut surveiller pour ne pas qu’elle devienne bleue (je pensais ne pas bien avoir compris mais c’est bien ça, elle ne doit pas être bleue et ressortir). Ce n’est pas le cas, pas de souci.

Elle écoute les 2 petits cœurs, sourit, tout va bien. Elle note que j’ai l’air moins jovial et plus tendu. Difficile de la contredire, les larmes coulent le long de mes joues sans que je maîtrise quoique ce soit.

Je suis totalement angoissée. Ces examens deviennent très réguliers et médicalisent beaucoup les choses. J’ai peur que mes bébés soient trop petits, qu’il y ait un problème. Je culpabilise aussi, est-ce que c’est de ma faute ? Parce que je ne me « pose » pas, parce que je suis « comme avant » la grossesse. Et qu’est ce qu’on va faire si mes bébés sont trop petits ? S’ils ne grandissent/grossissent pas assez (je repleure devant mon écran).

Il y a plusieurs choses qui me stressent ces derniers temps, je sais que c’est pour ça que je suis un peu à fleur de peau. Je sais que c’est aussi irraisonné et qu’il n’y a rien de grave, d’alarmant. Je sais que les échos bimensuelles sont faites pour ra-ssu-rer et surtout pas inquiéter.

Oui mais voilà, encore une fois, je perds un peu pied (ou la boule, au choix) et ne suis pas capable d’être raisonnée et raisonnable.

Je n’ai pu avancer l’écho du 9 octobre qu’au 7 et j’ai hâte d’y être. Ce sera aussi le 1er jour de mon congé mat’.

Désolée pour ce post qui part dans tous les sens et qui, j’en ai bien conscience, est le fruit d’un coup de stress et d’angoisse sans doute normal.

J’avais besoin de partager un peu ça avec vous…

Petites frayeurs & mot sur les maux

Dimanche début d’après midi. Apres un délicieux (et copieux) brunch, je ressens à nouveau cette douleur, ou parlons plutôt de gêne a la droite de mon nombril. Comme une aiguille qu’on pique dans mon ventre. Alors que j’appuie doucement pour déterminer l’endroit précis, je ressens une douleur plus précise, un peu plus vive.

Je suis passée à la pharmacie la veille, lui ai expliqué que j’avais cette petite gêne depuis 2/3 jours, que ce n’était pas très douloureux mais que je m’inquiétais pour mon bébé. Elle m’a bien dit qu’a priori, il n’y avait pas de souci à se faire et que ca devait être le poids du bébé sur les organes, ou la place qu’il se faisait dans mon bidon. Rien d’inquiétant pour lui/eux donc, mais que je pouvais appeler la maternité pour me rassurer lundi. Je me doutais qu’elle me dirait ça. Je ne suis pas vraiment inquiète, j’ai surtout besoin d’entendre que c’est moi qui ai un petit bobo mais que mon bébé lui va bien. Il bouge bien en attendant, ça n’a pas l’air de le perturber plus que ça.

Les mots de ma maman d’amour et de Violette me rassurent un peu plus encore. Pas d’inquiétude à avoir, ce n’est sans doute qu’une manifestation d’un bébé qui s’installe.

Mais depuis ce matin j’ai la trouille et même si j’ai bien conscience qu’effectivement, ce n’est sans doute rien, je panique et crains que mon bébé soit en souffrance.

On a beau marcher et profiter du soleil, l’angoisse se fait plus forte et les larmes coulent sans que je ne contrôle plus rien. J’ai la trouille, une peur panique que mon bébé ait mal et qu’il ne respire plus, souffre de ces piques que je ressens moi. A vrai dire, j’ai l’impression de ne pas l’avoir senti bouger depuis trop longtemps aussi, même si c’est lui que je sens beaucoup moins (bien qu’il ait autant la bougeotte que son frère).

Après quelques hésitations et tergiversations (et essayage de décrispation de la situation), on décide d’aller a la maternité. Je ne m’arrête plus de pleurer.

A peine arrivée, je suis prise en charge par une sage femme. On m’installe pour un monito. On a du mal à dissocier les deux cœurs des bébés, on replace les capteurs a plusieurs reprises. Mais les deux petits cœurs battent. Et puis l’un d’eux a le hoquet, on s’en amuse. Après 1/2 heure de monito, on constate que tout va bien et qu’il y a eu deux petites contractions (que je n’ai pas senti mais qui me font dire que ce que je ressens la nuit en sont bien même si elles ne me font pas du tout souffrir).

On me fait un contrôle urinaire, on prend ma tension (12,7) et ma température (36,7).

Quelques minutes plus tard je dois refaire les urines, trop concentrées. Finalement, il n’y aura rien de ce côté là non plus.

Après le monito, on passe dans la salle d’écho pour vérifier la vitalité des bébés. Un (bel) interne me demande ce qu’il m’arrive et comment je me sens. Je lui dis pour la petite douleur, il effleure mon ventre, tâte un peu vers l’endroit précis que je lui avais décrit et met enfin un mot sur mes petits maux : hernie ombilicale.

Ce ne sont pas mes bébés qui ont mal, c’est moi qui « souffre » d’une petite hernie qui, mon ventre s’arrondissant, laisse sans doute parfois passer un petit morceau d’intestin (bon ap’) qui fait que c’est douloureux. Aucune inquiétude pour les poussins ou pour moi. La « douleur » risque sans doute se faire un peu plus ressentir après manger mais de moins en moins au fil de la grossesse.

Une fois le diagnostic posé, on passe à la vitalité des bébés. Pas de doute, ces petits sont en pleine forme ! Ils gigotent dans tous les sens et ont encore un peu bougé par rapport à la dernière écho. L’interne vérifie les dopplers qui sont bons.

Bilan : mes bébés vont bien !

On refait un monito demain pour vérifier que tout va toujours bien (c’est le protocole, pas certaine que ce soit d’une grande utilité du coup maintenant mais bon).

Je ne vous dit même pas à quel point j’ai flippé, tout ce à quoi j’ai pensé, toutes les choses horribles que j’ai imaginé…

Je ne regrette pas d’être allée à la maternité, la SF et l’interne ont été d’une gentillesse folle et nous avons du rester 1 heure montre en main dans les locaux. Je suis maintenant soulagée et ma boule de stress/angoisse a disparu. Je sais maintenant que ce n’est que moi qui suis gênée et que mes petits poussins d’amour eux, continuent leurs cabrioles en toute tranquillité.

❤ ❤

Echo à 25 SA + 2

J’ai l’immense chance, que je savoure à chaque fois, d’avoir une écho mensuelle avec une femme formidable (merci encore Violette, je n’aurais pas pu rêver mieux comme suivi). Chaque mois, quelques jours avant le jour J, je commence à stresser, à mal dormir et à craindre qu’il y ait un problème qui se révèle à l’écho. A chaque fois, la « séance » dure une heure et je suis systématiquement captivée par l’image de mes deux bébés à l’écran et suspendue aux lèvres de l’échographiste.

A peine allongée sur la table, dans l’obscurité de la salle d’examen, le gel sur mon bidon, mes bébés nous offrent le spectacle de leurs petites frimousses et cabrioles. Quand petit A (oui les prénoms sont secrets) a la tête en haut et les jambes au-dessus de la tête (incroyable ce qu’on est souple à cette âge là !), petit B a la tête en bas et les jambes recroquevillées sur son petit ventre.

On admire littéralement chacun des mouvements, on rit de voir ces tout petits téter, mettre leurs mains sur leurs oreilles, pédaler avec leurs petits pieds et gigoter dans tous les sens. L’échographiste se marre en disant qu’on dirait qu’ils mangent du chewing-gum et qu’ils téléphonent !

Trêve de plaisanterie, chaque organe est passé au peigne fin, sous toutes les coupes et calculé (bidons de 20 cm, périmètre crânien de 22 cm) et le doppler est écouté. Le poids fœtal est estimé à 658 grammes pour bébé A et 709 pour bébé B.

Les petits points à surveiller :
– les bébés sont des petits formats, leurs courbes de croissance est bonne mais ils sont dans les bas de courbes (sans être en dessous). La solution pour qu’ils grossissent et grandissent bien : le repos,
– Le doppler de bébé A est un peu moins bon que celui de bébé B, la 1ère question de l’échographiste est de me demander si j’ai mal dormi la nuit dernière. Euh oui.. Et celle d’avant aussi d’ailleurs. Donc bébé A est moins bien « alimenté », ce qui explique sans doute son plus petit poids. La solution pour que le doppler soit meilleur : le repos,
– Bébé B a la tête positionnée très en bas et risque d’appuyer sur le col, il faut donc être à l’écoute, faire attention aux contractions (pas une seule jusqu’à aujourd’hui). La solution : le repos.
Pour conclure, il faut que je me repose (aaaaah). Elle m’a demandé si je travaillais encore, je lui ai dit que oui, jusqu’à début octobre, et si je voulais m’arrêter, je lui ai répondu que non (je mets 15 minutes porte à porte pour aller bosser et travaille dans un bureau, on fait plus fatigant hein…). Mais j’ai promis de me reposer, et d’être attentive à mon corps et aux messages des bébés.

Les grands bonheurs :
– ils sont sublimes, tout simplement sublimes. Je suis littéralement accro de leurs petits nez retroussés, de leurs petites mains et petits orteils qui gigotent, de leurs petites bouches qui tètent déjà, de leurs cabrioles, de leurs bidons rebondis, etc
– ils sont aussi beaux en 3D, on aurait même dit que bébé A souriait, quand bébé B semblait réfléchir intensément, sa petite main sous le menton,
– ils sont encore dans mon ventre pour 3 mois. C’est fou ce que le temps passe vite. J’ai à la fois une hâte folle de les voir enfin, de les prendre dans mes bras, de les avoir tout contre moi, de découvrir enfin ces bébés que j’ai tant attendu, mais j’ai aussi une trouille bleue qu’ils arrivent trop vite, trop tôt, trop petits, alors je veux les garder au chaud le plus longtemps possible.

Voici donc nos nouvelles. Tout va donc pour le mieux, je suis toujours sur un petit nuage, je vais bien, je suis heureuse, radieuse, tellement reconnaissante et consciente de ma chance…

Pourvu que tout continue de se passer aussi bien…

Coupée du monde…

Voilà 10 jours que je suis partie dans le fin fond de la campagne, pour des vacances paisibles, douces et agréables. Le retour est franchement difficile. Et ça va se corser encore demain avec la pluie qui va nous tomber sur le coin du nez et les températures qui vont chuter.

Durant cette semaine, je me suis sentie à la fois heureuse et angoissée…

Je suis toujours aussi heureuse de vivre cette belle grossesse, tout se passe bien, je n’ai aucun maux, je vais bien, je vais même très bien. Rien à signaler du côté des bébés, je suppose, et espère donc, qu’ils vont bien. Ils gigotent, je les sens régulièrement. Je crois qu’ils adorent la musique, souvent, lorsque je mets de la musique, je les sens bouger, idem au cinéma et au théâtre !

Je suis donc heureuse et épanouie mais aussi angoissée parfois, avec quelques larmes au rendez-vous de temps à autre. Dernières en date, après avoir vu un groupe de jeunes trisomiques qui s’est installé à la terrasse d’un café, juste à côté de nous. J’ai été prise de panique. Et si mes bébés étaient trisomiques ? Et si mes poussins étaient handicapés physiques ? Mentaux ? La nuit suivante, j’ai rêvé que mes bébés étaient tous les deux trisomiques, que j’accouchais sous X et quittais Paris parce que mes collègues et amis ne comprenaient pas, que j’étais malheureuse et horriblement mal.

Et puis j’ai des angoisses de voir mon corps changer autant, de voir mon ventre grossir, de savoir qu’il est pourtant petit encore et qu’il va être encore bien plus gros. Vais-je me retrouver « moi » après ? Ou plutôt réussir à me reconnaître dans ce nouveau « moi » d’après la grossesse ?

Et je commence à stresser que mes bébés arrivent trop tôt, qu’ils soient trop petits, qu’ils soient préma, qu’il y ait un problème à la prochaine écho, aux prochains tests sanguins, etc

Et puis j’ai peur de ne pas être à la hauteur après la naissance, d’être trop épuisée, de ne pas tenir le choc de la fatigue, de ne pas réussir à bien m’occuper de ces deux bébés si petits mais qui auront tant besoin de moi. J’ai peur de ne pas être une bonne maman, de ne pas savoir être une maman tout court.

Et puis je me suis fait une frayeur à cause d’une histoire de chat, de la toxo, des risques pour mes bébés.

Je sais que toutes ces questions et angoisses font partie du cheminement, de la grossesse, de mon parcours, que j’en aurais encore des dizaines et des centaines même, tout au long de ma grossesse mais aussi de la vie de mes bébés, que ce n’est que le début.

Alors j’essaie de profiter malgré tout, parce que je sais et savoure ma chance quotidiennement. Mais malgré tout, impossible de faire abstraction totale de « tout ça ».

Voilà comment je vais aujourd’hui, au retour de dix jours de jolies vacances…

Je dois prendre de vos nouvelles aussi, j’ai bien pensé à vous, et me suis rendue compte que ne pas avoir de vos nouvelles durant cette période m’avait manqué ! Je me mets donc à ma lecture…

Echo 20 SA +5

Nous y voilà (enfin) à cette nouvelle écho au 5ème mois. Je savoure à chaque fois la chance que j’ai d’avoir ces rendez-vous mensuels avec mes bébés. Parce que oui, ça peut paraître incroyable mais ces deux petits êtres me manquent furieusement, alors même qu’ils sont dans mon ventre et sous mes mains au quotidien…

Je suis toujours un peu angoissée, mais surtout très pressée de retrouver mes bébés lors de ces échos.

Ils ont déjà tellement grandi et changé ! En un mois, les petits sont passés de 135 à 333 grammes (A) et de 142 à 350 grammes (B) pour environ 20 cm.

Cette fois encore, on regarde tout à la loupe, on mesure, on compte, on observe et on écoute. J’adore entendre la spécialiste dire « parfait » quand elle regarde la colonne vertébrale de mes bébés, qu’elle calcule la taille de leurs fémurs, qu’elle vérifie les ventricules, les aires pulmonaires, les cavités cardiaques, qu’elle constate l’aspect habituel du grêle, des reins, du liquide amniotique et du placenta.

Elle sourit en les voyant gigoter et les trouve magnifiques sur l’image 3D. Cette image est en effet incroyable, on croirait avoir les bébés sous nos yeux, en vrai. Ils ont un visage tout doux, des petits nez retroussés, des traits délicats, ils sont sublimes aucun doute (non je ne suis pas objective, évidemment que je ne le suis pas !).

Les bébés ont bien grandi et grossi, et même s’ils sont plutôt dans le bas de la courbe et donc plutôt sveltes et athlétiques petits, pour tout le reste, ils sont pile dans les milieux de courbes et il n’y a absolument aucune inquiétude à se faire.

Pour résumer, tout va pour le mieux et mes bébés grandissent tranquillement.

Me voilà donc heureuse, soulagée, très émue et prête à partir en vacances et à changer d’air !

Autant de bonheur, c’est à peine croyable…

Rdv Mater – 31/07/2015 (19 SA+2)

Je ne suis pas très bavarde ces derniers temps, je l’admets.

Mais il faut dire que je n’ai pas grand chose à raconter. Je suis maintenant à 19 SA +2, j’ai arrêté de vomir, d’avoir des nausées H24, de manger des trucs insipides et d’avoir des petits vertiges et autres malaises.

En bref, depuis 12 SA (environ), je vais bien, je vais même très très bien.

Ce matin, j’avais rendez-vous à la maternité pour le suivi mensuel. A cette occasion, on fait un bilan sur comment je me sens, comment je vais et ce que je ressens et elle m’ausculte le col et écoute le cœur de mes bébés.

Au programme ce matin, je lui ai donc demandé :

– si je pouvais nager la brasse : aucun pb sauf à faire 3km comme une dingue, ce qui n’est pas le cas,
– si c’était normal que je ne sente un bébé, ou du moins qu’un côté bouger : elle me dit que oui absolument, car ils sont encore petits et gigotent dans tous les sens, impossible de trop savoir qui est où dans ces conditions,
– si je pouvais partir tranquillement en vacances en avalant quelques kilomètres en voiture : elle m’a répondu aucun pb mais ménagez vous des pauses et allez y tranquille
– si c’était normal que j’ai mal aux côtes du côté gauche : elle me confirme ce que m’avait dit la pharmacienne, oui c’est normal, tout bouge là-dedans et les bébés font leur place au soleil

Après auscultation, elle m’a dit que le col était parfait et on a entendu bien fort le petit cœur des bébés battre la chamade.

Voilà, je commence à m’arrondir et à devenir une dinde comme les autres…

Rien de bien intéressant donc et je suis très favorable à ce que ça continue comme ça jusqu’à la fin !

Nouveau blog…

Je n’ai pas envie, ou ne suis pas prête, à arrêter ce blog. Je l’aime parce qu’il est là depuis le tout début, parce qu’il m’a fait tellement de bien, m’a permis de faire de belles rencontres, me permet, encore aujourd’hui, de vous donner des nouvelles, de prendre des vôtres et d’avancer à vos côtés.

Pour autant, ma vie aujourd’hui ne se résume plus à ce pourquoi ce blog a vu le jour, je ressens de nouvelles émotions, me posent de nombreuses questions, angoisse parfois, savoure souvent, m’interroge, me projette, stresse, etc.

Alors comme l’écriture est essentielle à ma vie, j’ai eu besoin et envie, tout récemment, de créer un blog pour partager ma grossesse avec ma petite sœur qui est trop loin, mes proches amis et ma famille. Ce blog est privé, il parle de « nous », les échos, les photos, les projets, etc.

Et puis, j’avais besoin d’un autre blog (je ne sais plus où donner du blog !), un pour partager ma (future/nouvelle) vie de femme enceinte de jumeaux, pour rencontrer des parents de jumeaux, des parents tout court, qui se posent les mêmes questions que moi, trouvent les réponses et pourront être de bons conseils.

Je sais que ce blog sera un blog de MILK, parce que je sais que je le deviendrai (le deviens ?), mais j’ai aussi besoin de faire part de mes doutes et de mes peurs, alors comme je comprendrais que celles qui attendent encore leur TG positif ne me suivent pas dans cette voie, j’espère que  celles d’entre vous qui ont eu la chance de devenir maman seront là avec moi.

Ce nouveau blog reste sur WP : https://desamoursdejumeaux.wordpress.com/

Je continuerais d’être présente ici avec vous, j’espère que vous aussi…

Echo 16 SA – Le secret dévoilé…

Cette écho avait une saveur particulière, ma petite sœur d’amour avait souhaité être présente pour le coming out des bébés et assister à sa 1ère écho. Pour ne pas faire de jalouses, ma petite maman était présente aussi.

Ainsi, après avoir vérifié en tête à tête avec l’échographiste que les deux petits cœurs battaient bien comme il fallait, toutes les deux m’ont rejoint dans la salle d’examen, se sont installées devant le grand écran et ont profité du joli spectacle.

Comme la dernière fois, les bébés ont successivement été reluqués sous toutes les coutures. On a mesuré leurs boîtes crâniennes, leurs bidons, fémurs, vérifié les petits cœurs, chacune des valves, les placentas, etc.

Mes petits amours pèsent 135 et 142 grammes (petit A est un peu plus petit que petit B).

Dans l’immédiat, ils sont plutôt petits (15 SA plutôt que 16) et il faut donc que je me repose mais rien d’inquiétant.

L’échographiste m’a demandé si je voulais connaître le sexe, ce à quoi j’ai immédiatement répondu oui, pour découvrir que j’avais désormais non pas un mais deux petits bonhommes dans ma vie !!

Tout va bien et les bébés grandissent tranquillement. Un petit bidon commence à poindre et j’ai repris 2,5 kg sur les 4 perdus.

Quelques larmes de bonheur et deux doudous achetés…

Tout est en bonne voie. Pourvu que ça dure !!

1ers pas à la maternité : la population parisienne

Ce post va faire écho à l’article du JDD mis en ligne hier…

A 15 SA + 3, j’avais ce matin mon 1er rendez vous à la maternité (hein, déjà !!!?). Je suis donc enceinte de jumeaux (et vous noterez que j’arrive à l’écrire, ce qui est un peu plus difficile à dire parce que je n’ai toujours pas vraiment réalisé) et avais rendez-vous, dans une maternité de niveau 3, avec un médecin spécialisé des jumeaux (on me chouchoute).

1ères questions :

– vous êtes mariée ? Non
– vous êtes seule ? Oui
– vous serez seule pour la grossesse et l’accouchement? Oui
– comment avez vous obtenu cette grossesse ? (suis neuneu, je n’avais pas préparé cette réponse là) Euh…
– don de sperme ? Oui
– vous l’avez fait où ? En Belgique.

Et alors que je m’inquiétais des problèmes éventuels que ça pouvait causer à ma gynéco française, le médecin (une jeune femme très agréable et souriante) me répond que je n’ai aucune inquiétude à avoir, que ces informations sont uniquement destinées au suivi et qu’ici, ils voient des femmes de 50 ans avec des dons du monde entier, de nombreuses grossesses gémellaires et multiples et que je suis une petite joueuse !

🙂

A part ça, tout va bien, on a de nouveau entendu les 2 petits cœurs et il n’y a rien à signaler.

Prochaine étape, vendredi prochain, écho en présence de ma petite sœur d’amour et de ma môman chérie. On connaîtra alors le sexe de ces petits lutins !