A qui on en parle?

J’ai l’immense chance d’avoir des parents tout a fait exceptionnels (non bien sur ceci n’est pas totalement objectif mais je m’explique).

Mes parents sont séparés depuis 2004. Puis se sont remis ensemble, re séparés avec fracas et puis remis ensemble (breeeeeeeef!). Ils vivent maintenant chacun chez soi mais continuent de se « voir ». Je ne veux pas vraiment en savoir plus, j’ai bien assez de mes problèmes a moi pour me préoccuper encore des leurs.

Toujours est il que mes parents, même séparés sont d’une générosité et d’une ouverture d’esprit exceptionnelles et que je sais pouvoir compter sur eux dans les moments difficiles (qui, il faut bien le dire sont un peu récurrents ces 3 dernières années).

Quand je leur ai annoncé (séparément) en novembre que je voulais faire un bébé toute seule, leur ai expliqué papabio et Eugin, ils ont écouté, entendu, compris et acquiescé. Et moi j’ai pleuré et mesuré la chance que j’avais d’avoir ces 2 la comme parents.

Ma petite sœur n’est quant a elle au courant de rien de tout ça et est a 3000 lieux de s’imaginer ce que je vis en ce moment.

Depuis novembre, mes parents ne m’ont pas posé de questions (ouf) et je n’ai pas souhaité raconter quoique ce soit des étapes de cette vie chaotique d’essai bébés en échecs avec papabio.

Ce soir, je leur ai demandé qu’on passe la soirée ensemble pour leur dire que l’idée qui les séduisait beaucoup, d’un bébé avec papabio n’a pas fonctionné et qu’on doit maintenant passer a l’étape suivante.

J’aimerais avoir avis, savoir s’ils pensent qu’il est préférable que je fasse une pause et prenne le temps de rencontrer quelqu’un (mais est ce que j’ai vraiment envie d’entendre ça!?) ou s’ils sont prêts a me soutenir dans un périple bien plus lourd de Fiv a Barcelone.

J’ai un peu peur d’être déçue de leurs réactions. Qu’eux mêmes soient très déçus de l’échec du bébé papabio et pas assez enthousiastes pour Eugin. J’ai un peu peur que s’ils ne valident pas totalement ce projet de bébé en Espagne, ce soit bien plus difficile a envisager seule, sans le soutien total de papa/maman. Même si vous toutes vous êtes la pour me soutenir au quotidien (jamais je ne pourrais assez vous remercier, c’est incroyable l’énergie que ça me donne de vous savoir la), ne pas avoir de chéri avec qui partager ça c’est parfois un peu inquiétant…

Et vous, a qui parlez vous de vos essais bébés, IAC, Fiv, et autres réjouissances PMA? Vos parents? Vos amis? Vos collègues ? Vous leur dites quoi a chacun? Avec qui vous pleurez? Hurlez de joie? De désespoir? Avec qui vous prenez vos décisions importantes? Et si vous n’aviez pas d’amoureux/mari/chéri, avec qui pensez-vous que vous révèleriez tous ces moments si intimes et si dures a vivre?

Publicités

28 réflexions sur “A qui on en parle?

  1. J’en ai parlé à mes amis proches, et finalement je ne cris ou ne pleure avec personne, sauf mon chéri ou ma maman. je me confie un peu à ma belle soeur. les gens sont au courant mais n’y comprennent pas grand chose, et il faut de l’endurance parce que nos galères, c’est pas juste une vilaine passe. Bref, la familia, y a que ça de vrai.
    Bises d’un kangourou un peu aigri 🙂

    • Pourquoi ce kangourou est il aigri ? 😦 la famille c’est clair que c’est une valeur sûre et un refuge même parfois, le problème des amis c’est que chacun fait sa vie et que ces problèmes leur semblent en effet bien compliqués. Le chéri sur qui compter reste quand même le top du top 🙂

      • J’ai fini la soirée d’hier noyée sous les larmes. Mais il fallait que ça sorte. Mis à part les yeux bouffis et la tête atroce que j’ai ce matin, je me sens bien, comme si j’avais évacué ce trop plein de tristesse. Et papabio Ouiiiiiiiiiiiiiii !! il a dit ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii :-))

      • C’est chouette si tu as pu craquer un bon coup, même si je suis désolée que tu aies vécu une semaine si difficile…
        Et pour papa bio, c top, vous semblez très proches, c’est beau. J’espère que tu peux aussi te confier à lui, souffre t’il autant de la situation ?
        Je te fais des gros bisous

      • Semaine difficile c’est sûr. Mais étrangement, j’ai l’impression que ça m’a fait avancer. Que j’ai pris conscience de la chance qui m’était offerte d’aller en Espagne, d’avoir les moyens, une gynéco qui me suit, des parents compréhensifs et présents, des copinautes géniales, etc. Papabio est distant depuis novembre et les essais clomid. On est très proches et on a beaucoup parlé avant, mais depuis, il veut garder la distance, je crois qu’il se préserve, parce qu’il a déjà une histoire personnelle très difficile à vivre au quotidien. Donc on ne parle que très peu de ce que je ressens même si je sais qu’il comprend et compatit. Ceci étant, chaque fois qu’on se voit, on passe un super moment, plein de rires, de grande conversation et de complicité.

      • C’est sûr que ce doit être compliqué. C’est super si ces moments sont aussi agréables, et si vous arrivez à vous y retrouver tous les deux. J’espère vraiment que ce dernier cycle sera le bon.

      • J’avoue que cette volonté qu’il a reste un peu un mystère pour moi. Il me répond qu’il veut que je sois heureuse, qu’il est sur que je serai une maman extra et qu’il préfère être ce géniteur plutôt qu’un anonyme espagnol. Mais je sais qu’il prend les choses très à coeur et que ça le peine aussi que ça ne marche pas. Il est tiraillé avec ce besoin aussi de refaire sa vie. Notre relation est étrange, à la fois complice et distante. Parfois je m’y perds un peu parce que j’aimerais qu’il soit plus présent mais ne veux pas non plus m’habituer à lui et à son réconfort. J’espère moi aussi que ce dernier cycle sera le bon…

  2. J’en parle avec la blogoshere et avec mon Sir. Je prends les décisions avec Sir et valide nos intuitions avec vous. C’est pas facile de faire ça sans conjoint mais tellement courageux. Dans ta situation j’aurais fait pareil. Tu as tes parents alors profites en s’ils sont compréhensifs. On est là . Si tu veux tu peux en rencontrer et echanger physiquement. Bisous

    • Blogosphère et Sir, le duo qui fonctionne du tonnerre ! ça me fait plaisir (très) de lire que tu aurais fait comme moi à ma place, ça rassure… J’ai la chance en effet d’avoir des parents extra mais je ne veux pas non plus les rendre malheureux et les polluer au quotidien avec la tristesse qui m’envahit. Et vous les copinautes, je sais tellement que vous êtes là ! Honnêtement, sans vous toutes, j’aurais sombré depuis bien longtemps. Tu as déjà rencontré des pmettes toi en « vrai »? Avec le collectif BAMP ou autrement?

      • J’en ai rencontré une! Il y a peu. J’ai bcp hésité et pas regretté. Je ne sais pas si j’en rencontrerai d’autres car le monde est petit et je me demande si je risque pas de perdre ma liberté d’écrire.
        bises

      • Je suis comme toi, ça me ferait hésiter beaucoup. Le monde est petit… En même temps, ça peut aussi être une force. Ce qui est agréable avec le blog, c’est justement cette facilité d’écriture parce que tu ne croiseras pas tes lectrices dans la rue, ça donne une liberté importante…

  3. Maintenant tout le monde est au courant autour de nous, mais personne ne comprend assez pour vraiment pouvoir nous consoler ou nous conseiller si besoin.
    Je ne pleure qu’avec chéri. S’il n’était pas là, je pense que ce serait avec ma mère.
    Plein de bisous

    • Ils n’ont pas vu les dessins ceux qui ne comprennent pas 😉 Ils ont été plutôt compréhensifs ou distants après leur avoir annoncé? Depuis, il y a des amis que tu as « perdu » en route à cause de ça? Les bras de chéri sont sans aucun doute les plus confortables pour laisser couleur les larmes…

      • Les gens ne sont pas au courant pour le blog, jamais ils ne le seront! Enfin j’espère.
        Les copains, disons qu’ils ont sortis toutes les phrases clichées au début, puis ils sont devenus compréhensifs. Mais certains nous en parlent facilement, nous posent des questions, s’intéressent. D’autres sont plus distants, gênés pour nous, n’osent pas en parler, ou encore s’éloignent. Certaines copines a qui j’en parlais au début, qui semblaient pourtant être à l’écoute ne donnent plus signe de vie. On peut être bien déçus par certaines personnes…
        Bref, y a pas de règles, ça dépend des gens quoi.

      • Et ton amoureux il sait lui? C’est clair que c’est délicat d’être amie d’une pmette, on a toujours peur de gaffer, de ne pas avoir les bons mots etc. J’ai aussi été de l’autre côté du miroir, mais à ce moment là, il me semblait que le seul d’être là, d’écouter, d’être au bout du fil pour laisser les larmes couler etc c’était important et ça faisait déjà beaucoup. Mais c’est clair ça dépend des gens, de leur ouverture d’esprit et de compassion…

      • Oui chéri il et au courant, il le lit, même si il sait déjà tout, on est très fusionnels et on parle beaucoup.
        Oui être là pour écouter c’est le plus important, mais rares sont les amis qui s’arrêtent là et n’essayent pas de donner un joli conseil foireux genre : vous y pensez trop.

      • Tu as l’air d’avoir une très belle relation avec ton homme. ça fait plaisir à lire et à imaginer 🙂 Le fameux conseil de ne plus y penser ou du « c’est dans la tête », je pourrais sortir de mes gonds quand j’entends ça !

  4. La plupart sont au courant, certains ont pris la porte, d’autres restent de fidèles soutiens. Mes parents sont au courant, les siens à moitié. Tous deux sont éloignés, alors à part au tel, éventuellement, le soutien ne vient pas de là. Je te dirais que le soutien vient de mon homme, mais pas que, aussi beaucoup par vous toutes sur les blogs. Quant aux décisions, il y a d’abord celles du médecin, ensuite celles qu’on a chacun dans notre tête, et après la confrontation de toutes pour décider. Pas évident de faire ce chemin seule, alors si tu sens que quelqu’un peut t’accompagner sur cette route, vas-y, mais je suis aussi certaine que ton désir d’enfant est capable de te faire franchir des montagnes avec endurance et espoir. Et on est là ! Bises

    • Certains ont pris la porte d’eux mêmes ou c’est toi/vous qui leur avez montrée? C’est clair que c’est une épreuve pour l’amitié. Le soutien de ton homme, j’imagine bien sûr que c’est le plus important et la blogosphère, je n’en parle même pas, pour moi au quotidien c’est une bulle d’air, vous êtes mes sauveuses. J’aime beaucoup ta pensée du désir d’enfant qui saura me faire franchir des montagnes, j’aime à y croire…

      • Lol, les deux cas. Dans le cas pris la porte par eux-mêmes : 2 amies ont dit « on est là » puis n’ont plus jamais donné de nouvelles. L’une par fuite (les problèmes des autres elle s’en contrefiche), l’autre car en désaccord avec la médicamentation (ouai, c’est trash). Au final, c’est pas une grosse perte et ça a certainement accéléré ce qui devait se passer un jour.
        Dans le cas c’est moi qui ait dit stop : idem 2 cas où elles étaient de vrais boulets de soutien avec des « y’a pire dans la vie » (à la FC), « c’est facile de tomber enceinte pourtant » (après avoir expliqué)  » c’est dans la tête, t’as qu’à adopté, vous êtes mieux sans enfants… » la totale de ces 2 côtés, alors bon, les boulets je m’en déleste au bout d’un moment, faut pas pousser. (Et pourtant c’est pas mon tempérament d’être « mauvaise », mais face à l’intolérance je suis intolérante, basta quoi). Oui, je sais, j’ai fait fort pour concentrer autant de boulets…
        Donc bon, tout ça pour te dire que le meilleur soutien c’est ici, toi et tes proches que tu identifieras comme réel soutien (même s’ils font des maladresses, ça c’est pas grâve). Alors j’espère que la discussion avec tes parents a été authentique, simple et te redonnant de l’énergie !
        J’admire ton projet et le soutien, acre c’est le tien et tu sais pourquoi et comment tu le fais ! C’est tout sauf un coup de tête si certains de tes proches en doute, c’est murement réfléchi, d’autant plus en étant solo en ce moment ! Des bises

      • 🙂 En lisant le début de ton commentaire, je me suis dit précisément que tu n’avais pas eu de chance d’avoir autant de boulets autour de toi ! Je suis quand même hallucinée de lire les réactions que peuvent avoir des gens qui se disent tes ami(e)s et oser balancer des « c’est pô grave » après une FC, ou des « c’est facile de tomber enceinte ». Non mais sans déconner !!! Quant à celle qui est contre la médicamentation, je n’en parle même pas, espère juste qu’elle n’a pas d’enfants parce qu’elle est dangereuse (témoin de Jéhovah ?) En tous cas, que le tri se fasse de lui-même ou non, il se fait et le principal est de garder un noyau dur, ceux sur lesquels on peut compter et pleurer. Je ne trouve pas que tu sois mauvaise, mais tu encaisses déjà suffisamment de choses au quotidien avec cette foutue PMA pour ne pas en plus supporter la bêtise ou la méchanceté des autres. A intolérance 0, intolérance basta, tu as bien raison. La discussion d’hier soir m’a fait du bien, le nouvel élan de papabio pour février aussi bien sûr, je me sens à la fois vidée d’avoir tant parlé et pleuré et à la fois remise sur les rails. Merci pour ton soutien, il me va droit au cœur et me donne la force d’avancer. Des bisous

  5. Dans l’ordre chronologique:

    La première à avoir été au courant: ma maman. Elle est toujours là pour moi même si elle ne comprend pas toujours ce que je traverse. Elle a même acheté le livre « Guide de survie à l’usage des couples infertiles ».

    La blogosphère: mon meilleur soutien!

    Quand on a commencé à se dire qu’il y avait un problème: à un couple d’ami qui avaient été confronté à des soucis aussi. Sa réaction à lui fut: votre problème n’est rien à côté du nôtre. Biquette se tracasse trop et doit arrêter d’y penser. Depuis qu’ils savent que notre problème est réel, ils sont beaucoup plus présents.

    Ensuite, ma promotrice de thèse et mon ancien patron, aussi bizarre que cela puisse paraître. Elle a elle-même été confronté à l’infertilité et est très compréhensive. Lui est très famille et a eu une jolie réaction.

    Depuis lors: deux amies dont une est aussi confrontée à l’infertilité. L’amie « infertile » est très présente et on se soutient l’une l’autre. L’amie « fertile » ne me parle quasi plus et quand je l’ai confrontée à ce sujet m’a avoué que mon histoire lui faisait peur pour elle-même (elle est en essai bébé, est tombé enceinte en C1 mais a fait une FC).

    Au final, ceux qui sont le « mieux » présents sont mes très proches (mes parents) et ceux qui sont eux-mêmes confrontés à l’infertilité. Dans ceux à qui on a décidé de ne pas en parler il y a une part de « on craint qu’ils réagissent mal » et une aure part de « on a envie de garder notre intimité et surtout la possibilité de garder un début de grossesse secret », comme un couple « normal ».

    Et toi, à qui en as-tu parlé? Quelles ont été les réactions?

    Gros bisous

    • C’est amusant, nos mères sont souvent en 1ère ligne… C’est clair que c’est difficile d’en parler, de tout expliquer, d’arriver à tout faire comprendre. Je suis comme toi, j’en ai parlé à une amie qui est passé par une ICSI pour avoir sa petite fille et qui remet ça pour le 2ème. C’est facile, elle comprend, compatit. Étonnant ta copine qui te balance que ton histoire lui fait peur et qui ne prend plus de nouvelles !! Tu as l’air d’avoir trouvé des gens solides et un cercle d’amis proches pour te confier, c’est bien de se sentir soutenus et entourés. J’en ai parlé à mes parents et à 4 copines. Mais pas dans les détails. je leur ai parlé de papabio et de l’Espagne mais pas des OPK, des prises de sang, rdv écho et plannings infernaux pour mettre tout ça en musique. En bref, mes copines savent que j’ai un problème et que je veux faire ce bébé toute seule mais c’est tout. Au quotidien, elles ne savent rien et je ne veux pas en parler, elles l’ont compris et me laissent venir vers elles seulement quand j’en ai besoin. Elles ont été géniales, compréhensives, me soutiennent (même si j’ai eu le droit à « c’est beaucoup dans la tête »grrr). Je suis bien entourée mais ai tendance à être solo donc je ne me livre pas beaucoup, à part sur le blog…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s