La grossesse qui fait mal

Mercredi 26 mars, rendez-vous avec 2 excellentes amies que je n’ai pas vues depuis 2 mois, nos agendas sont chargés, on ne vit pas tout à côté, elles sont toutes les deux en couple depuis le mois d’octobre 2013.

Ca fait un moment qu’on galère à trouver une date pour se retrouver, juste pour un verre. On reporte, on décale l’horaire, bref, on finit par se retrouver (enfin) pour un verre. J’écourte ma journée de boulot (ce n’est ni la semaine, ni le jour mais marde, les copines, il faut savoir prendre le temps pour elles, sinon, tout fout le camp).

On s’installe, on commande. Miss Jolie Brunette, qui ne buvait pas une goutte d’alcool avant sa séparation, il y a de ça 3 ans, prend un verre de Bordeaux, Miss Jeunette, qui a, malgré son surnom, quasiment un an de plus que moi et un lever de coude aisé choisit une limonade citron.

Je ne dis rien mais je sens déjà mon ventre se tordre, les larmes me monter aux yeux d’un coup. Je me prépare. Je sens qu’il va falloir accuser le coup.

On papote. Et puis Jeunette annonce. Elle est enceinte, entre dans le 3ème mois. Ils sont en couple depuis octobre 2013. Ce bébé est « accidentel ». Ils ne se protégeaient pas, ne faisaient pas franchement attention. Elle est tombée enceinte en janvier. Elle avait du subir une IVG 2 ans auparavant, avec son ex qui ne voulait pas d’enfant. Elle se dit elle-même « hyperfertile ». Son amoureux, 25 ans, est hyper heureux, elle ne réalise pas bien encore.

Elle est partie plus tôt, me laissant en tête à tête avec Miss Jolie Brunette, qui me parle de son Papillomavirus et de ces derniers examens, de son opération à venir, de sa gynéco (l’ancienne mienne que je maudis), de sa crainte quant à sa capacité à donner la vie, de sa difficile prise de connaissance de la grossesse de Miss Jeunette, le jour de mauvais résultats.

Incapable de retenir mes larmes, je suis obligée de lui parler, un peu. De lui dire que j’ai « quelques soucis », qu’il faut qu’elle prenne un 2ème avis gynéco, que pour moi aussi la nouvelle est un peu dure à digérer.

Pourtant ça allait plutôt mieux depuis mardi, grâce à vous, à la rencontre de Violette, aux mails perso pleins de bonnes nouvelles et de sages conseils. Mais cette grossesse là, elle m’accable, me fait mal. Et le pire, c’est qu’en plus de prendre ça en pleine gueule, je suis consciente d’être l’amie la plus nulle et égoïste du monde, même en essayant de rattraper le coup par texto.

Je me croyais plus forte que ça, moins sensible, plus douée pour le « poker face ». Je suis donc lamentablement pas prête à affronter ce genre de nouvelles sans préparation psychologique intensive. Le chemin à parcourir est encore long, à n’en pas douter.

Publicités

33 réflexions sur “La grossesse qui fait mal

  1. T’es loin d’être une mauvaise copine, sache le.
    Déjà les annonces de grossesse, c’est dur. Les annonces de copines, encore plus.
    Les grossesses accidentelles, c’est la cata.
    Mais alors quand en plus tout ça arrive en même temps alors qu’on va vraiment pas bien, c’est juste de la torture.
    Je suis pareille, on est toutes pareilles. On est humaines. Et on souffre.
    Je t’embrasse bien fort.

    • C’est gentil Zappp. J’avoue que les dernières annonces de grossesse résonnent avec douleur. Mais quand c’est accidentel, issu d’une relation toute neuve, avec un homme si jeune, ça colle un gros coup de massue. Je suis heureuse pour elle, pour eux, mais je me considère comme une mauvaise amie parce que malgré cette joie pour eux, je suis envieuse. Et que c’est assez malsain. Je me fais croire que c’est parce que je souffre, je crois que c’est beaucoup plus primaire. Saloperie de pma.

    • Normale, mais pas pour tout donc ! 😦 Normale dans le côté envieux mais pas dans le côté « salut je suis enceinte fastoche » ! J’essaye de ne pas m’en vouloir (j’y arrive pô) et d’arrêter d’être triste (échec également) et de penser à la joie de ma copine (ça va venir…). Bisous

  2. ouch…alors là tu sais, quel que soit l’avancée du parcours si je peux parler ainsi, une telle annonce fait toujours aussi mal ! même une fois enceinte (puisque je l’ai vécu quand mon frère m’a annoncé la grossesse de sa femme, accidentelle, pas désirée du tout, etc), c’est toujours autant insupportable.
    Tu n’es pas une mauvaise amie, tu es juste très malheureuse et en plus, Miss Jolie Brunette a aussi mal vécu l’annonce, ça prouve que ce n’est pas l’amitié qui a changé, juste la souffrance qui ronge les coeurs.
    Je t’envoie un grooos câlin de réconfort, tiens bon. Bisous doux

    • Très mal oui, d’autant plus que Miss Jeunette fait partie d’un cercle proche d’amies, et que je comptais un peu sur elle pour ne pas annoncer une telle nouvelle si rapidement (c’est moche je sais). Le cercle « amis sans enfants » se rétrécit encore un peu plus et je me sens un peu plus seule, moins forte, plus abandonnée sur le coin de la route, plus malheureuse. Tout ces sentiments sont très égoïstes, et je me déçois, d’avoir craqué, de ne pas avoir fait plus bonne figure. Foutu mois de mars de marde. Vivement qu’on tourne la page, qu’on soit sous de meilleurs auspices. Je réponds vite à ton dernier mail, excuse moi…

  3. Ce n’est pas parce que tu ne sautes pas sur le canapé de joie que tu es une mauvaise amie pour autant. Dans nos parcours, les grossesses sont toujours dures à encaisser, encore plus de personnes tombant enceintes facilement, même si elles sont proches et qu’au fond on est heureuses pour elles. Il te faudra un peu de temps, une once de subtilité de sa part (pas en mode « c’est horrible d’etre enceinte franchement ») et ça ira de mieux en mieux. Bisous à toi

    • ça pour ne pas sauter de joie… J’ai même pas su quoi dire sur le coup, et puis je me suis un peu reprise mais tu sais en mode « je me raccroche lamentablement aux branches ». Au fond, bien sûr que je suis heureuse pour elle, mais je sais que j’aurais été déçue à sa place que mes amies ne soient pas plus heureuses. Enfin je crois. Elle-même ne saute pas au plafond, elle ne réalise pas, ne s’y attendait pas, c’est peut être ça aussi qui me perturbe. Je rêve d’être à sa place et elle ne semble pas se rendre compte de la chance immense qu’elle a. Je le vis comme une injustice je crois…

  4. Puk punk puk!!! Tu n’es absolument pas une mauvaise amie, juste une maman sans bébé. Les grossesses des autre, proches et même moins proche (‘tain j’ai versé une larme en lisant ton article. Merci les hormones…) sont toujours difficiles à encaisser, en particulier quand elles ne sont pas désirées. Merde quoi c’est pas juste!!
    Courage ma belle. Si je peux t’aider avec des infos sur mon pays n’hésite pas. Énorme bisous.

    • Une maman sans bébé, tu sais que tu as les mots pour me faire verser une petite larme à chaque fois jolie biquette (oui je te vois venir, j’ai la larme facile en ce moment). C’est précisément ce que je disais à Dame Lapin, pas juste, c’est ça qui fait mal, mais ce qui me déplait dans tout ça, c’est de ne voir que ce côté injuste, et pas juste le plaisir de savoir mon amie heureuse. Je papote Belgique pour l’instant, proximité de Paris, coûts a priori bien plus abordables… Je te redirai, merci pour tout. ça va mieux toi? Les Biquets tiennent le coup?

      • Coucou. ça va un peu mieux?

        La maternité a été classé par des psys comme étant un besoin, comme celui de manger ou d’avoir un toit. Si tu étais affamée ou sans le toit, personne ne trouverait à redire si ta première réaction à la vue d’un mec qui bouffe ou d’un autre qui achète une baraque n’était pas de te réjouir pour eux. C’est pareil ici. Il ne faut pas culpabiliser de souffrir.

        Pour la Belgique, si tu as besoin d’un point de chute, lors d’une visite ou d’un traitement, la maison t’est grande ouverte! La chambre d’ami n’est pas super confortable mais la compagnie l’est 🙂

        Ici, on se relève et on recommence. Rdv avec le prof dans 1 mois. On décidera alors de la suite.

        Bisous ma belle.

      • coucou biquette ça va plutôt mieux oui j’essaie surtout de mettre tout ça de côté pour profiter de la venue de ma petite soeur et d’un week-end chouette en famille
        du coup dès que je suis toute seule forcément tout revient en pleine poire mais à d’autres moments j’arrive à profiter du soleil et de nos fous rires ma soeur ne sais rien et je ne pense pas lui en parler pour la suite je réfléchis de plus en plus à la Belgique
        apriori on ne parle d’une clinique à côté de Liège il faut que je vois aussi avec la gynéco merci infiniment pour ta proposition c’est vraiment super gentil comme tu peux voir je suis encore beaucoup dans le flou mais je pense que la semaine prochaine je vais mettre un peu d’ordre dans tout ça
        j’espère que tu te relèves avec biquet et que vous arrivez tous les deux Ah profitez de votre week-end et de votre coupleje t’embrasse bien fort et te remercie encore mille fois d’être là et de tes doux mots bisous

  5. Si tu étais la mauvaise copine que tu penses, tu ne t’en voudrais pas d’avoir réagit ainsi. On est pas infaillible et c’est tellement normal heureux d’être touché lors de telles annonces, car notre projet est si important. Pour nous c’est le projet d’une vie, de notre couple. T’es juste normale car tu te sens vide de cet enfant désiré. Doux bisous ❤️

      • Malheureuses aujourd’hui, heureuses un jour ? Un lapsus qui peut vouloir en dire beaucoup, le bonheur à portée de seringue, fiv, tec, iad…
        Marde, nous aussi un jour j’espère…

    • Ce projet qui prend toute la place dans ma vie du quotidien, je me disais qu’il n’avait pas à déborder sur mon boulot, ma vie familiale, amicale, etc Mais dans ces moments là, je me rends compte que je me crois bien plus forte que je ne le suis vraiment et je m’écroule totalement comme si c’était 3 mots qui me désintégraient. Mon amie a de la chance mais elle a souffert avant, et c’est juste finalement qu’elle soit heureuse aujourd’hui. Je n’arrive pas encore à faire passer ce bonheur là devant mon envie à moi…

  6. Tu sais, tu n’es pas une mauvaise copine. Je trouve que tu as plutôt bien réagi, et tu as fais face. Je te donne mon exemple (à ne pas suivre). 3 jours après mon résultat de FIV 1 (négatif, et ça faisait un an et demi qu’on « essayait » de donner la vie), ma soeur m’a appris sa grossesse « accidentelle » également. Ben tu sais quoi ? J’ai pleuré, devant elle. La cata quoi. Et j’ai eu beaucoup de mal à « vivre » sa grossesse, et elle en a beaucoup souffert. Mais c’est comme ça, c’est la vie, et je refuse de m’excuser pour des trucs que j’ai ressenti. Quant aux cop’s qui tombent enceintes en C1, sans effort, je connais aussi. Au bout d’un moment, tu arriveras à prendre du recul avec tout ça. Laisse toi du temps. Et puis, j’ai envie de dire que tu n’es pas seule : Jolie Brunette souffre également de cette grossesse ! J’espère que tu as pris un bon Bordeaux aussi pour avaler ça 😉 De gros bisous.

    • Les grossesses « accidentelles » je crois en effet qu’elles sont « pires » parce que tu ne les voyais pas venir. Mais j’avoue que de la part d’une sœur, ça doit être encore plus difficile et hardos à gérer. La mienne a 4 ans de moins que moi, je n’ose pas imaginer le jour où elle m’apprendra sa grossesse. Je crains de réagir comme toi, de pleurer, sans être capable de m’arrêter. J’arriverais sans doute à prendre du recul et je serai fan du bébé de Miss Jeunette mais à 3 jours de mon bhcg négatif, de la fin de l’histoire avec papabio, du néant actuel de la suite de mon projet, de bordal incommensurable dans ma tête, c’était « pas le jour ». Jolie Brunette le vit mal aussi, différemment mais nous nous retrouvons dans une souffrance que bon nombre de femmes (et heureusement) n’imaginent même pas…

      • Je te comprends. Et , ma soeur a 5 ans et demie que moins de moi. VDM. J’espère que le bordal dans ta tête va vite se ranger, petit à petit, que tu y verras plus clair et que tu iras bientôt mieux. Mais prends le temps. Des bisous.

      • 5 ans et demi de moins, c’est pas cool (du tout). En fait, le problème est là, c’est que le monde continue de tourner, sans nous. Suis plutôt rangée comme fille d’ordinaire, limite maniaque même, alors j’espère que le bordal va faire place nette. Ma petite soeur (pas enceinte je croise les doigts) débarque ce soir, a priori quelques fous rires en perspective, espérons que les larmes ne prennent pas le dessus une fois de plus.

  7. Tu n’es pas une mauvaise copine, loin de la, c’est le parcours pma qui fait ça. Tu sais on a été invité chez le meilleur ami du copain de mon mari pour son anniversaire enfin sois disant et il avait aussi invite ses parents… Je ne voulais pas y aller je sentais qu’il y avait autre chose et mon homme mais non… On arrive à l’apero et bingo je vois son bide pas le temps de prévenir chéri que le copain dit à sa femme on leur dit. La je deviens blême… Et il fait son annonce c’est leur deuxième, les parents du gars étaient déjà au courant mais les amis eux savent qu’on a des problèmes sans rentrer dans les details. Je me sens mal je donne un grand coup de pied à chéri je le déteste de m’avoir obligé à venir…. Et la chéri ne dit rien… Je le regarde il peut pas, les parents du gars nous regarde et c’est moi qui ait sorti félicitations et un blanc s’installe, personne ne parle… Les parents ne comprennent sûrement pas. On est passé pour les pires amis du monde eh ben je m’en fous… Ce fut comme un coup de poignard !!!! Les annonces font si mal, on réagis toute pareille… Ne t’en fais absolument pas. Courage ma belle !

    • Le parcours pma est une vacherie, je crois que ça résume bien tout ça. j’imagine comme ça a du être difficile pour vous, c’est tellement dur ce genre de situation. Les gens ne comprennent pas parce qu’ils ne se doutent pas, c’est impossible pour la plupart de comprendre la souffrance, le parcours, la douleur de la pma. C’est absolument ce que tu écris : un coup de poignard, qui te colle à terre, et il faut tenter de remuer le petit doigt malgré la douleur pour parler, réagir, sourire et même être heureux. Poker face 🙂

  8. Je vais pas répéter comme les filles, mais oui, on ne s’y fait jamais. L’autre jour, la PB à 6SA dont je parlais sur mon blog, ça m’a pincé le coeur quand j’ai compris qu’elle était enceinte en C1. J’ai même oublié qu’on était au même terme à 3 jours près. Je me prépare à apprendre des grossesses à chaque fois que je vois une amie, à chaque fois qu’elle prennent un jus d’orange. Et encore plus maintenant, car si une doit faire une fausse couche, ce sera moi, pas la copine C1.
    Bref, on ne souhaite à personne nos galères, mais une grossesse accidentelle… ah non ca c’est juste trop dur. Bisous et courage ++

    • Tu sais, je crois que si un jour je dois annoncer une grossesse, je vais être très prudente, parce que je me rends compte de la souffrance engendrée. C’est difficile de faire une annonce discrète, heureuse et sans « éclabousser ». certains d’entre vous (la plupart en fait) font ça avec toute cette douceur, peut être que la souffrance est moins rude parce qu’entre pmette on se réjouit plus, peut être qu’on apprend aussi à accepter, chaque jour un peu plus. Je sais que ton bonheur est tout neuf, que tu le vois et vis encore de façon précaire, que tu le crains, mais profites en ma belle… Prends soin de toi.

    • Tristesse et culpabilité, quel mardier dans ma tête embuée ! Mon amie me dit qu’elle va profiter de leur tranquillité, ça m’amuse quand je vois la crainte des pmettes durant leur grossesse. Nous ne vivons plus dans le même monde… Merci pour le réconfort…

  9. Je suis triste de lire ton désarroi…c’est terrible, il y a toujours une annonce de grossesse à se prendre dans la tronche à tout moment, on est à l’abri nulle part…:(
    Apprendre une grossesse non désirée, c’est comme si le ciel s’ouvrait tout à coup en deux, la foudre au milieu, comme si l’air ambiant était brutalement vidé de son oxygène et que la personne en face de toi aspirait le peu qu’il restait jusque dans tes poumons…

    Le seul mot qui me vienne à l’esprit, encore une fois, c’est « INJUSTE ». Et je sais combien il te parle.
    Ta réaction est normale. Comme disent les copines, nous sommes humaines. Avec nos forces et nos faiblesses…et dans cette situation, on est simplement très très faible, comment pourrait-il en être autrement?(…)
    Pour autant, l’égoïsme serait de ne pas se remettre en question, ce qui n’est pas ton cas. Une bonne copine doit être capable d’être indulgente, mais pour qu’elle le soit, encore faut-il qu’elle sache un minimum…

    Ce sont de sales moments à vivre, il y en aura d’autres, mais il y en aura des tellements bons aussi…garde le cap petite Nounette, c’est le printemps, les cigognes reviennent de leur exil hivernal, même les cigognes égarées.

    • Merci Violette, merci beaucoup pour ce message réconfortant. Je sais combien ce que j’ai écris te parle à toi aussi.

      Ta description de dévastation post nouvelle est tellement réelle, elle est tout à fait à l’image de ce que j’ai vécu. De ce que j’ai vécu, de ce que tu vis, chacune passe par ce désert soudain et cet effondrement.

      Injustice, pas d’autres mots, rien qui fait plus mal, qui fait qu’on ne comprend pas, qu’on déteste la vie dans ces moments là.

      J’espère que tu as raison, que c’est si je ne me remettais pas en question que je serais trop égoïste et une mauvaise amie.

      La mauvaise nouvelle d’idée est légèrement compensée par la venue de ma petite sœur, son visage joyeux, nos bons moments à venir, notre week-end en famille. Je me raccroche à ça dans l’immédiat, avant d’affronter la suite.

      J’espère que les cigognes ont fini leur hiver, qu’elles ont retrouvées leur gps et qu’elles vont faire leur grand come back très vite.

      Merci Violette, je me remémore nos échanges de mardi, je pense à toi et aux semaines à venir, à ta cigogne qui prépare son gps 🙂

      A très vite, merci ❤

  10. Oh la la mais ça fait un peu trop d’un coup tout ça pour un p’tit coeur en détresse comme le tien… Je comprends ta tristesse, ce sentiment d’injustice, qui est bien normal… Ne t’en veux pas, c’est la vie c’est comme ça et pour l’instant c’est nul! Mais la roue va tourner à un moment ou un autre, c’est certain cigogne! Gros bisous

    • effectivement ça fait un peu beaucoup j’espère en effet que la roue tourne et que cette injustice ne durera pas ni pour moi ni pour chacune d’entre vous merci beaucoup bisous

  11. Pas d’auto-flagellation (dit celle qui culpabilise à mort de s’être intérieurement réjouie de ne plus être seule face à son infertilité quand sa BFF lui a annoncé son endo…). Quand on souffre, on a du mal à se réjouir du bonheur des autres, qui plus est quand ce bonheur est « accidentel ». C’est juste humain. Maintenant, je retiens quand même le positif dans tout ça (mais si, je t’assure, il y a toujours du positif !!!): tu as pu te confier à cette amie qui vit elle aussi des difficultés. A 2, vous n’êtes donc plus seule et ça c’est drôlement chouette. Bisous.

    • merci de voir le positif dans tout ça j’avoue que j’ai un petit peu du mal parfois moi-même heureusement que vous êtes là tout au fond je sais que tu as raison à 2 onx est plus fort et que c’est plus chouette
      ce week-end je ne prends pas le temps de lire vos blogs alors j’espère que tu vas bien merci beaucoup et à très vite bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s