J’avance dans le noir

Je ne sais pas ce que signifie « faire une dépression ». Je ne sais pas ce que ça veut dire d’être si malheureux qu’on n’a plus envie ni besoin de rien, ni le courage de se lever le matin, ni de s’habiller, ni la force d’aller travailler, de sourire, de marcher, d’avancer vers un avenir moins sombre.

Je ne sais pas ce que c’est que d’être si mal au fond de soi qu’on a envie d’arrêter de respirer. D’arrêter de vivre.

Je suis très entourée, par ma famille, mes amis, mes collègues, tous ces gens formidables qui sont là, parfois sans savoir ce que je vis, mais me soutiennent au quotidien. Aujourd’hui, il me manque pourtant l’essentiel, l’amour d’un homme et le bonheur d’être mère.

Aujourd’hui je suis profondément malheureuse, mal au plus profond de moi. Je ne sais pas de quoi demain sera fait, peut être que ce sera moins sombre, moins noir. Aujourd’hui je sais simplement que je me sens vide de tout espoir, et que si demain vous me dites que jamais je ne pourrais être maman, je ne pourrais pas supporter de continuer de vivre. Je ne suis pas suicidaire, je n’ai pas envie d’arrêter de croire que je pourrais être heureuse moi aussi, je n’ai pas la force d’imaginer qu’un jour je ne pourrais pas entendre mon enfant m’appeler maman, mais j’ai encore moins la force d’imaginer vivre sans connaître cet amour plus fort que tout.

Aujourd’hui je me sens totalement noyée dans la tristesse, je perds espoir, je perds confiance en moi, en l’amour, en des lendemains meilleurs.

Aujourd’hui je ne suis plus rien. Et je n’espère qu’une chose, avoir encore la force de me relever demain.

Publicités

32 réflexions sur “J’avance dans le noir

  1. Tu n’es pas rien Nounette. Au contraire, tu es une femme, une fille, une sœur, une amie, un collègue, une cousine, une tante, une copinaute et encore tout plein d’autre. Et j’espère que tu seras un jour une maman. Il y’a des jours comme ça qui nous plongent dans le noir profond jusqu’au jour où une éclaircie le traverse. Vivement ce jour et surtout le beau temps permanent. Ton article me remue car oui, je ne veux croire que moi aussi je serai maman même si je commence à envisager le pire.
    Plein de courage, de pensées et des bisous.

  2. Courage, on est toutes passée par ces moments très sombres. Tu as plus de ressources que tu ne crois. On ne maitrise pas tout, loin de là, et ce que tu vis est très dur. On comprend tout cela, et on est avec toi.

  3. Plein de courage dans ces moments de doute qu l on comorends et partage. Malheureusement personne ne peut nous donner le sésame tant attendu la promesse qu un jour au bout du tunnel il y aura cet enfant dans nos bras, mais il faut continuer à se battre pour n’avoir aucun regret et continuer à espérer que ce bonheur peut aussi nous toucher. Je t envoie plein de courage et d ondes positives dans ces épreuves difficiles. Nous te soutenons tous et toutes. Courage

  4. Ohhh.. Que ces lignes sont tristes et en même temps, elles sont tellement compréhensibles… Des câlins virtuels de réconfort.
    Même sans être mère, on en reste pas moins des femmes dans toutes leurs dimensions. Tu en es une et une très courageuse….

  5. Je ne sais pas trop quoi dire… A part que cela me semble parfaitement normal de ressentir tout ça et complètement sain de pouvoir l exprimer… Alors je t envoie des pensées et mon soutien, dans ce moment bien sombre et difficile, et en attendant la prochaine éclaircie puis le vrai beau temps…

  6. Ma Nounette, j’entends tes doutes, tes peurs et ta douleur… Et tu sais à quel point je peux comprendre ce que tu ressens. Mais je ne peux pas te laisser dire que tu n’es rien alors que tu es tant !!!! Aujourd’hui est un jour sans… Ça arrive. Mais essaye de te poser 5 petites minutes et de regarder tes si belles qualités. Je veux bien être ton miroir…
    Généreuse, intelligente, persévérante, gentille, courageuse, empathique, professionnelle, sérieuse, curieuse, forte, battante, etc etc etc… Tu vois: rien que ça !! Et la liste n’est pas exhaustive…
    Alors oui, il y a certains jours comme ça… Il ne faut surtout pas étouffer ces ressentis. Mais juste accepter qu’ils font partie de l’histoire. Où quand le manque est trop violent…
    Demain, ou après demain, promis, ça ira mieux. Ça finit toujours par passer… Après la tempête, il y a toujours des éclaircis!! Et crois moi que sur mon île tropicale, leq cyclones, ça me connaît !!! Je t’embrasse fort et je pense à toi.
    ps: si jamais t’y songes encore, tu seras la bienvenue sur le caillou… Un voyage, ça ça pourrait te faire un bien fou… Parce que la fatigue accumulée ces dernières semaines en pma ou aj boulot, forcément, ça impacte sur l’état émotionnel…

  7. C’est si triste ces mots ma belle, je ne sais pas quoi repondre mais je voudrais être a côté de toi pour un enorme câlin. Et puis tu laisserais ton chagrin collé a mon poil d’ourse et tu repartirais vers de belles journées.
    Je t’embrasse fort.

  8. Oh ma Nounette.
    C’est normal de ressentir tout ça et tu fais bien de l’exprimer.
    Il y aura des jours meilleurs, des jours joyeux, des jours fabuleux.
    Et comme les filles l’ont déjà dit, ne pense pas que tu es rien. Même si le rôle de tes rêves ne t’as pas encore été offert, il sera peut être, ce n’est pas fini et il n’en reste pas moins que tu as d’autres rôles très important dans la vie des gens.
    Plein de bisous.

  9. Oh 😣…. Avoir un parcours de pma est deja tres éprouvant , mais toi tu te bas pour deux et cest Enorme … Je comprend ton impression d’avancer dans le noir de ne rien savoir, d’avoir peur de finir le ventre vide … Meme si c’est négatif comme sensation cest bien de la laisser sotir pour la surmonte et passer au dessus … BCp de courage et un câlin virtuel . Ps: tu es suivis par de super médecin je suis sur que ça va marcher !!!

  10. Gros bisous, Nounette. Je sais que c’est dur…
    Promis, ça va passer. Promis, tout ça sera un jour derrière toi. Promis, le soleil brillera à nouveau.

  11. Je comprends chacun de tes mots, je ressens chacun des silences douloureux apres chaque virgule. Moi non plus je ne conçois pas ma vie sans enfant. Moi aussi j’ai envie de les entendre rire dans mon jardin, aller les chercher à l’école et les aider à faire leurs devoirs. J’ai envie de me réveiller la nuit pour lier les rassurer apres un cauchemar. Dire que ma vie a un sens sans enfant est faux : j’ai rêvé du jour ou je serai maman pour la première fois toute ma vie…
    Comme l’écrivait Julys dans son dernier article, je vais moi aussi mieux depuis que j’arrête de trop réfléchir, depuis que je n’attends plus rien et que je me contente de vivre chaque journée avec ce qu’elle a à m’apporter. Ca n’efface pas la douleur no le chagrin mais ça soulage, vraiment!!!. Que l’on broie du noir ou pas ne changera rien a notre destin helas et on ne sait pas de quoi il sera fait (et c’est peut être ca le plus dur….). Alors ma belle je te souhaite de tout cœur de sortir de cette phase sombre que je connais tant… Tu mérites la lumière. Gros bisous ❤️

  12. Ma nounette. Comme c’est douloureux de te sentir si mal. Et ces mots je les connais si bien… ce manque d’amour que tu ressens te fait croire que tu n’existes pour personne mais évidemment que ce n’est pas le cas. Évidemment que tu serai une amoureuse aimante et une maman parfaite. J’aimerais te promettre que tout ce bonheur tu l’auras un jour. J’en suis convaincue au fond de mon âme et j’espère que tu vivras tour ça très vite. Je pense fort à toi. Si tu n’y arrives pas, n’hésite pas à te faire aider. Je sais ce que c’est de se réveiller tellement malheureuse qu’on croit qu’on va en mourir. Que jamais on y arrivera. La chimie aide à prendre du recul. Il n’y a pas de honte à se faire aider. Je suis là si tu as besoin

  13. J’ai connu le désespoir qui dure des mois, j’imagine bien ce que tu ressens. Dans ces moments-là on se sent transparente, vide, mais crois-moi la force de vie revient toujours sans qu’on s’en rende compte, peu à peu.
    Moi je t’ai toujours trouvée immensément courageuse de faire ce parcours seule, d’oser affronter la pma pour aller au bout de ton projet.
    La vie réserve souvent de belles surprises.
    En attendant de retrouver de l’espoir, chouchoute-toi avec des petits plaisirs simples, entoure-toi de ceux/celles qui te font du bien et fais un break professionnel si tu peux te le permettre pour reprendre ton souffle. Courage !

  14. Il est difficile d’ajouter quoique ce soit à tout ce que les filles ont déjà dit, des bisous ma belle, il y a des jours comme ça où on ne voit pas de lendemain, mais je te promets que l’espoir et le sourire reviendront.

  15. Je plussoie les icsi: courage à toi, ça ira bientôt mieux, même si je ne peux pas dire quand. Les moments où on pense tout lâcher si on n’atteint pas cet objectif sont normaux et arrivent. Prend bien soin de toi avant de recommencer un nouveau traitement, et pense à toutes les essais encore disponibles pour atteindre ton but.
    Des bisous

  16. Ça fait mal de te lire si triste… et pourtant d’une manière ou d’une autre on a toutes à peu près connu ça. Je ne pense pas que tu fasses une dépression (et quand bien même, ce ne serait ni une honte ni la fin de tout) car tu réagis à une nouvelle récente et qui forcément bouleverse.
    Tu dis (et je n’en doute pas) être entourée en partie par des personnes qui ne savent pas ce que tu traverses. As-tu envisagé d’en parler ? Et/ou de voir un psy si tu penses que cela pourrait t’aider, même si je sais que tu es déjà bien débordée…

  17. Ne sois pas trop dure envers toi-même : je crois te l’avoir déjà dit, tu fais de ton mieux. Ce qu’on vit est déjà difficile et ce que tu vis, toi, est encore plus compliqué, parce que tu es seule pour le porter. C’est normal que parfois, ça soit trop lourd pour tes petites épaules. C’est normal de douter, de ne plus avoir confiance, d’être perdue. On le serait à moins. Mais garde confiance. Garde espoir. Ta lumière reviendra, c’est promis. En attendant cette lumière, cajole-toi du mieux que tu peux, accorde-toi une pause si tu peux te le permettre, parle de ce mal-être avec des personnes bienveillantes, et prends soin de toi, tu le mérites amplement ❤ je t'embrasse fort fort.

  18. C’est normal de traverser ces périodes de doutes, de profonde tristesse ma belle et ne t’inquiète pas l’espoir et la joie de vivre vont revenir. Fait confiance en ton destin, tu te bats déjà tellement bien, il est certain que tu entendras un jour un enfant t’appeler maman, peu importe le contexte et le temps que ça pourra prendre, mais ça arrivera. Ne baisse pas les bras ma jolie, regarde déjà tout le chemin que tu as parcouru et les montagnes que tu es capable de soulever, vois étape par étape, ça sera déjà très bien. Je t’envoi tout plein de courage et de bisous 😉

  19. Ça me touche de te lire si triste. Mais dis-toi bien que c’est normal de passer par des phases comme celles-là où tout est noir. Ce qu’on vit en PMA est très très dur. Quand on est en couple, on se soutient l’un l’autre, on tire sa moitié quand il coule et inversement. Toi tu dois porter tout ça toute seule et c’est encore plus difficile. Mais tu es très courageuse et tu te relèveras.
    Pense aussi que tu as absorbé toutes ces hormones, pendant un bon moment et que ça joue beaucoup sur le moral. Il faut un peu de temps pour les évacuer.
    Prends du temps pour toi, pour te reposer, faire des choses que tu aimes et surtout ne t’isole pas, ne reste pas seule, parles-en à tes amis et n’hésite pas à solliciter la blogo aussi autant que tu veux. On est là pour ça. Si ça dure trop, tu peux aussi essayer de consulter un professionnel (moi ça me faut tjrs beaucoup de bien de parler de tout ça à ma psy régulièrement).
    Grosses bises

  20. plein de bisous…. Ce que tu vis est très dur, et je pense que la solitude n’arrange rien. Même si tu es très entourée. Promis, un jour, le soleil reviendra. On ne peut pas dire quand, mais oui, il reviendra. Et puis, je commence à te connaître, aujourd’hui tu es mal mais bientôt, tu positiveras, d’une façon ou d’une autre. Plein de pensées.

  21. Je sors de ma cachette car ta détresse me touche beaucoup. Un parcours PMA est déjà dur en tant que couple et comme toutes ici, je te trouve aussi très courageuse d’assumer les difficultés de ce parcours du combattant. Quand une stimulation ne se déroule pas du tout comme prévu, quand nous avons tellement d’espoir dans une tentative mais que tout part en vrille, c’est une énorme déception qui est dure à encaisser.
    Cette première tentative belge était tellement porteuse d’espoir qu’il est normal de se sentir si mal et il est difficile aujourd’hui pour toi d’y croire à nouveau. Cependant avec le temps, je te souhaite de reprendre petit à petit confiance en toi et j’espère que tu nous reviendras forte et combative.
    Bon courage à toi, sincèrement, pour ces jours si difficiles.

  22. Je t’envoie plein de biz de courage et d’espoir ! Je pense bien ç toi et comprends au combien ce que tu peux ressentir en ce moment ! Nos histoires sont très différentes mais je rencontre moi aussi plein d’obstacles sur mon parcours ! Après un refus de la Citadelle je me suis tournée vers Cavell qui est ok pour me suivre ce qui est plutôt chouette s

  23. Désolée, jai buggé !!! Donc sauf que // à mon désir de devenir maman j’ai depuis presque 2 ans de gros pbs de genoux et ces pbs prenant tellement l’ampleur j’ai appris la semaine dernière que je vais devoir me faire opérer avant d’envisager une grossesse !!! Tout ça pour dire que c’est tout à fait normal de ressentir ce que tu ressens, chaque obstacle nous renvoie encore un peu plus fort à notre désir de devenir maman et c’est justement ça qui doit nous booster et nous aider à avancer petit pas après petit pas ! Plus facile à dire qu’à faire mais en tout cas dis toi qu’on a le droit à des coups de bues pour repartir encore plus fort après 😉 !!!
    Plein de pensées positives !

  24. C’est on ne peut plus normal de ressentir tout ça suite à un échec. Mais tu ne vas pas arrêter de vivre pour autant. Avec un peu de temps l’envie d’y croire reviendra, et l’espoir aussi, c’est ainsi que ça fonctionne la PMA, les hauts, les bas, on peut être si heureuse et si confiante un jour, et si mal et désespérée le lendemain… Tu as eu raison de nous exprimer ton mal-être, ce n’est pas rassurant de savoir qu’on en passe toutes par là, mais c’est rassurant de savoir qu’on s’en remet alors qu’on n’y croit plus du tout. Des gros bisous

  25. Je suis si désolée de te lire en pleine détresse. C’est vraiment difficile ta situation, et clairement injuste… Pourquoi toi ? Il n’y a aucune raison à cela, garde bien cela en tête. Tu es une fille formidable, battante, aimante… J’espère vraiment que demain ne sera plus aussi noir… Garde encore un peu la tête hors de l’eau, et tu fais bien de dire Help… N’hésites pas… Tout ce qu’on peut faire, on le fera… Je t’embrasse fort

  26. Je suis désolée de te lire si triste. J’aimerai habiter plus près de chez toi pour te proposer une virée girly pour d’aider à passer ce cap difficile.
    Tu es quelqu’un de super courageuse pour avoir entrepris ce projet seule et c’est normale que parfois l’objectif te semble hors de portée. Je sais aussi que tu es forte et que tu as la ressource pour y arriver.
    Sur les montagnes russes de la PMA tu es dans un creux mais tu parviendras à remonter et je l’espère à atteindre des sommets.
    En attendant je t’envoie plein de bisous et de câlins de réconfort.

  27. Oh, ma congénère, je viens, je vole vers toi pour te consoler de mes ailes duveteuses ❤
    Tu vas t'en sortir, il y aura d'autres tentatives, d'accord ? 😉 Gros bécots

  28. Je me joins à la montagne de bisous pour te dire que tu es une personne formidable, jolie Nounette, et une sacrée battante. Bien normal de passer par le découragement, surtout pour toi qui mène ce combat avec seulement deux bras. Seulement deux bras mais de la force et de la générosité à revendre. Tes seuls deux bras feront je l’espère le bonheur de ton petit bout quand la lutte sera gagnée et qu’il sera là au bout du chemin. On ne sait pas quand, c’est ça qui est terrible, mais je te le souhaite de tout mon coeur.

  29. Dans la vie, tout passe… L’immense bonheur procuré par de bonnes nouvelles comme l’insondable douleur provoquée par les mauvaises. Accepte cette idée et tout te redeviendra « vivable ». Chaque jour porte en soi une nouvelle chance…
    Comme toutes celles ici qui se battent à tes côtés je te soutiens et t’enveloppe de mes petits bras.

  30. Oh je suis désolée de te voir si triste en ce moment. … courage … a travers tes différents messages j ai pu me rendre compte a quel point t es une battante et généreuse en étant disponible pour nous toutes. Je pense que ce pti coup de blues est normal , en tout cas sache qu on est toutes là derrière toi. Bisous de réconfort et d encouragement

  31. Quels mots pour te redonner le sourire ma chère Nounette?
    Je pense très fort à toi, à cette terrible déception que tu vis, et la peur qui y est associée. C’est si frustrant que les choses n’avancent pas comme tu le souhaites. Et si difficile de traverser cela sans amoureux. Je t’envoie plein de courage et de pensées, au bout du tunnel il y a la lumière. Te fais tu un peu aider par quelqu’un? Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s